Contact

Mairie de Bernières-sur-Mer
51 rue Hervé Léguillon
14990 BERNIERES-SUR-MER

Police municipale

Tél : 02 31 96 45 47
Fax : 02 31 97 61 64

Tél : 06 88 45 02 35

Horaires d'ouverture

Du lundi au vendredi de 9h15 à 11h45 et de 13h45 à 17h15
Le samedi de 9h15 à 11h45

Histoire

1/7

Bernières-sur-Mer

Autrefois appelée la petite Arcadie normande

 

Sur la «Côte de Nacre» normande, Bernières-sur-Mer supplantait autrefois en importance toutes les communes voisines entre Douvres et Courseulles, jusqu'à la disparition de son port qui avait jadis contribué à son expansion.

 

Lieu de rencontre entre terre fertile et mer nourricière, Bernières et ses alentours sont habités par l'homme depuis fort longtemps. Chaque peuple qui a occupé les lieux a laissé une empreinte de sa présence. Les hommes du paléolithique jusqu'aux Gaulois ont abandonné nombre d'objets de pierre, de bronze et de fer, ont créé des parcelles fossoyées et un centre de regroupement des richesses agricoles locales.

 

De l'époque de l'occupation romaine sont restées de nombreuses voies de communication reliant les villes et les camps entre eux et une nécropole. Puis vinrent les Saxons, les Francs et leurs sarcophages de pierre, et enfin les Normands qui découpèrent le territoire en delles.

 

Les Normands, les hommes du nord, créèrent une dynastie respectée par l'instauration d'un lignage ducal, dont le plus célèbre représentant est Guillaume dit le Conquérant qui va hisser la région de Normandie à son apogée au milieu du XIe siècle.

 

C'est à cette époque qu'Odon de Conteville, demi-frère de Guillaume et supposé être à l'origine de la Tapisserie de Bayeux, acquiert la terre de Bernières pour en faire don à l'évêché de Bayeux. Les Normands donnent corps à Bernières en fondant un bourg rural et y ajoute un élément nouveau et emblématique par sa situation au centre de l'agglomération, une église.

 

 

 

Le joyau de Bernières

 

Par ses dimensions imposantes, par sa haute flèche de pierre dressée entre terre, mer et ciel, l'église paroissiale Notre-Dame témoigne du riche passé de Bernières-sur-Mer, village rural du littoral normand, jadis port actif à l'embouchure de la Seulles.

Bel exemple de l'architecture religieuse médiévale de la Plaine de Caen et du Bessin, l'édifice s'apparente aux plus prestigieuses constructions qui lui sont contemporaines : pour sa nef du XIIe siècle, à l'ancienne abbatiale de la Trinité de Caen et pour son chœur du XIIIe siècle, à la cathédrale Notre-Dame de Bayeux. En dépit des restaurations du XIXe siècle, le décor permet encore d'illustrer l'évolution de la sculpture ornementale en Normandie de l'époque romane à l'époque gothique.

Le mobilier liturgique, un monumental retable en est la pièce majeure, a été réalisé entre le XVIIe et le XIXe siècle.  (Itinéraire du Patrimoine n° 152)

 

La Varende disait de l'église Notre-Dame de Bernières qu'«elle est d'une pureté de trait qui retient inlassablement le regard».

 

Et comment, en contemplant cet édifice magnifique qui fut édifié et embelli pendant les XIIème et XIIIème siècles, avec son clocher haut de 67 m (ce qui en fait un des plus élevés de la région parmi les églises rurales), ne pas s'empêcher de voyager dans le passé et se prendre alors à imaginer la ferveur qui l'a engendré, ses alentours avec les écoles, le presbytère, les bâtiments de la trésorerie du Chapitre de la Cathédrale de Bayeux et de la Dîme, la vie paroissiale qui l'a entouré depuis près d'un millénaire.

 

L'âge d'or de Bernières, interrompu par les vicissitudes de la Guerre de Cent Ans, perdura au cours du Moyen Age et pendant la Renaissance.

 

Mais les combats que se livrent parfois la mer et la terre finirent par avoir des conséquences tragiques pour Bernières : l'estuaire de la Seulles ensablé au début du XVIIe siècle par de violentes tempêtes conduira à la disparition du port, les bateaux de pêche et de cabotage trouvant par la suite un abri à Courseulles où la rivière jeta son cours et son dévolu.

 

Pendant des siècles, la terre, impérissable et source de prospérité agricole, et le port, d'où partirent de la pierre dite de Caen et des huîtres, dotèrent le village d'une certaine aisance qui attira nombre de seigneurs désirant y établir des domaines - il y eut jusqu'à cinq fiefs à Bernières - sur lesquels ils firent bâtir des demeures.

 

Un prestigieux résident de Bernières

 

La Luzerne, propriété bien connue de Bernières, a connu une grande animation culturelle au XVIIe siècle, époque où les salons littéraires étaient à la mode. Son hôte le plus prestigieux a sans conteste été Jacques MOISANT de BRIEUX. Celui-ci est réputé avoir été le meilleur poète latin de son temps, mais son plus grand titre de gloire est d’avoir fondé l’Académie des Belles Lettres de Caen en 1652, la première académie de province à se constituer après celle de Paris.

Jacques Moisant de Brieux eut pour premier maître Antoine Halley, professeur de belles lettres à Caen, qui devait faire plus tard l'éducation du célèbre Huet.

Moisant de Brieux ne partageait pas les idées de son siècle sur la mer. Tandis que les poètes de cette époque s'évertuaient à peindre l'océan sous les traits les plus noirs et à parler de l'affreuse beauté des tempêtes, lui, l'admirateur de la nature, réagissait contre l'opinion généralement admise et admirait la splendeur de la mer calme et des soleils couchants. Dans sa maison de Bernières, son plus grand plaisir était de suivre les flots verts; il se laissait charmer par le chant de la vague, et peu à peu il se sentait pénétré par ces suaves parfums de poésie qui se dégagent de la nature. Lui même reconnaissait qu'il n'était poète qu'à la campagne. Aussi est-ce à Bernières qu'il composa la plus grande partie de ses poèmes.

 

A la veille de la Révolution, Bernières, surnommée la petite Arcadie normande, porte bien son nom : les riches demeures seigneuriales et leur parc forment un écrin de verdure duquel jaillissent fièrement dressées le tour et la flèche d'une église remarquable, située au centre d'un village aisé aux rues spacieuses entouré d'une campagne et d'une mer fertiles.

La période révolutionnaire ne fut guère mouvementée dans le village dont quelques habitants se firent néanmoins remarqués. En effet, par l'entremise de ses marins pêcheurs qui aidèrent les prêtres réfractaires à rejoindre l'Angleterre, Bernières fut un des principaux centre d'émigration de la côte du Calvados.

 

Le XIXe siècle vit l'émergence d'un phénomène qui bouleversa la vie du village et contribua à lui donner un nouvel essor et à lui donner son aspect actuel : le tourisme balnéaire.

La balnéothérapie mise au goût du jour, la mode des bains de mer et ses nombreux adeptes, acheminés sur la côte par des trains aux wagons à impériale circulant sur une voie nouvellement créée, conduisent à l'émergence de villas de bord de mer, d'hôtels, de colonies de vacances et de cabines de bain sur le rivage. Le village se développe progressivement vers la mer.

 

La Seconde Guerre Mondiale mettra temporairement un coup d'arrêt au tourisme balnéaire et à l'expansion de Bernières. Le débarquement des forces alliées essentiellement canadiennes à l'aube du 6 Juin 1944, qui établirent à Bernières une tête de pont, permettra au village de reprendre le cours d'une vie tranquille et paisible bercée par les vagues.

 

Aujourd'hui, Bernières est un village aimable où il fait bon vivre : activités sportives et culturelles contribuent à renforcer la convivialité naturelle de ses habitants. Les visiteurs qui choisissent Bernières ont l'opportunité de découvrir son patrimoine historique très riche, sa longue plage, le parc Berthélémy, l'espace de nature préservée que constituent les dunes littorales et les anciens marais associés, la flore et la faune maritime des rochers en mer propices à des pêches à pied mémorables lors des grandes marées. Bernières a su préserver son authenticité et une qualité de vie rare sur nos côtes normandes, c'est cet atout qui en fait sa spécificité, loin de l'agitation urbaine des grandes villes.

 

Côté association

Bernières Optique Nouvelle (B.O.N) est une association qui a pour vocation une participation à la mise en valeur de Bernières, de son patrimoine architectural, de son histoire et de son environnement et de son développement économique, touristique et culturel.

Vous pouvez consulter le site internet de l’association http://bernieres.bon.online.fr/

Voici quelques brochures disponibles sur le site Internet de l’office du Tourisme.

Carte : Le Débarquement et la bataille de Normandie

Le Débarquement Coeur de Nacre